Le rituel de passage

Le rituel ou rite de passage est une pratique qui marque le changement de statut social ou sexuel d’une personne. Ce terme est employé pour des événements tels que la puberté, la naissance, la ménopause… Un rituel de passage se caractérise par la tenue d’une cérémonie et la pratique de diverses épreuves. Dans certains livres d’anthropologie comme

« Les rituels de passage » de Van Gennep, cette pratique est perçue comme une cérémonie initiatique qui ouvre une nouvelle page de vie.

 

Généralités sur le rituel de passage

Un rituel de passage est un événement qui célèbre une étape spéciale dans la vie d’un individu. Il marque l’incorporation de ce dernier dans un groupe social et lui permet dès lors de structurer sa vie en quelques étapes précises.

L’objectif de cette structuration est d’apprendre à l’intéressé une perception apaisante de la condition mortelle de l’homme.

 

Les garçons comme les filles, mais aussi un jeune, un adulte ou

un enfant peuvent être intégrés à un groupe social. Un rituel de passage est un moment pacifiant et soulageant qui participe à la symbolisation du monde.

C’est une cérémonie, une tradition sociale que l’on retrouve dans

chaque culture et école de pensée du monde. L’individu appelé à effectuer un rite de passage perçoit cet événement comme un enjeu important.

 

Les rites de passage sont des moyens par lesquels les êtres humains donnent un sens aux moments de crise en mettant en pratique des actions pensées avec les autres. Ils permettent de relancer l’action individuelle dans l’optique de faire face à des périodes de fragilité. Les rituels de passage sont pour

les jeunes garçons et filles un moyen par lequel on effectue un changement de statut.

 

Par ailleurs, il existe deux types d’affiliations au sein des rites de passage.

D’une part, il y a l’affiliation lignagère au sein de laquelle chaque individu a sa place et où l’identité sociale est affirmée. D’autre part, il y a l’affiliation élective qui donne la possibilité à l’individu de choisir son appartenance ou de

reconstruire son groupe. Il peut ainsi créer une famille même en absence de liens biologiques.

 

Dans plusieurs sociétés du monde, l’initiation du jeune ou de l’adulte se base aussi bien sur la culture, mais aussi la tradition. Pour chaque société, l’acte initiatique est le symbole du changement de statut ou de vie pour

l’initié, quel que soit son âge.

 

D’après Van Gennep et plusieurs spécialistes de l’anthropologie,

les rituels de passage constituent une manière d’amener les jeunes

filles et garçons à marcher selon les règles de la société. Ils se déroulent dans un lieu ou espace préparé pour la circonstance et font recours à

la tradition et à la culture personnelle. Le déroulement d’une première initiation peut aussi varier selon qu’il s’agisse d’un enfant, d’un jeune ou d’un adulte.

 

Les étapes du rituel de passage

Pour de nombreux théoriciens, les rites de passage ont la fonction d’organiser les transitions et de les accompagner. Dans les livres d’ethnologie, ils sont définis comme une phase initiatique et sociale qui permet au corps de développer de nouveaux mécanismes. Ils se déroulent dans la majorité des cas en trois étapes.

 

La première, relative à la séparation, est une phase pendant laquelle l’individu est isolé du groupe et de la situation antérieure. Elle équivaut à une mort symbolique du point de vue psychologique. La deuxième étape du rite de passage est appelée marge ou phase de marginalisation. Elle désigne le moment où s’effectue l’efficacité du rituel avec l’individu à l’écart du groupe.

 

Pour les psychologues, l’étape de la mise en marge peut être assimilée à une gestation symbolique. Un enfant d’un certain âge et même les jeunes vont forger leur identité dans ce processus.

 

La dernière étape du rite de passage est relative à l’agrégation. Encore appelée phase de réintégration, elle marque le retour dans le groupe de l’intéressé. En psychologie, la réintégration de l’individu constitue une renaissance symbolique pour ce dernier.

 

La séparation, la marge et l’agrégation sont donc les principales phases d’un rituel de  passage. Les rites d’initiation (une variable spécifique du rite de passage) suivent aussi le même cadre. 

 

Tout en veillant aux différentes règles que vous retrouverez dans les livres d’ethnologie, les sociétés s’assurent que l’initié, quel que soit son âge tourne une page et en ouvre une nouvelle dans de bonnes conditions.

 

Chaque école de pensée a sa manière spécifique de dispenser le cours de rites de passage, lequel est essentiel du point de vue social.

L’analyse du lieu, de l’espace et de l’état des initiés est toute aussi

importante que le suivi de la nouvelle page ouverte. Aujourd’hui encore

à Paris et dans le reste de la France, vous pouvez effectuer des cours pour apprendre la manière dont se déroulent les rites de passage.

 

D’une école à une autre, les cours d’analyse sur l’état psychologique et la procédure d’initiation des jeunes peuvent varier. Chaque corps peut percevoir différemment ce phénomène.

 

Les types de rituels de passage

Dans plusieurs traditions européennes, africaines et asiatiques, le rite de passage est un élément important pour plus d’un. L’un des rites de passage

les plus célèbres est celui qui marque l’accès à l’adolescence. Pour magnifier la maternité, certains peuples pratiquent aussi le rite initiatique féminin. Dans beaucoup de sociétés traditionnelles, la circoncision est un rite qui s’effectue avant la puberté