Rite Initiatique


Qu’est-ce qu’un rite initiatique ?

Un rite initiatique encore appelé rite de passage est un rituel qui marque un changement majeur dans la vie d’un individu. Il peut s’agir d’une modification de statut social, sexuel, ou d’un évènement important. Le mariage d’un homme est un rite. En France, le passage d’un adolescent à l’âge adulte fait l’objet de certains rites. Ceux-ci peuvent être une cérémonie d’usage ou des gestes particuliers prescrits pour l’initiation. À l’ère du développement de la technologie et de l’évolution des mentalités, qu’est-ce qu’un rite initiatique ?

Rite initiatique : une culture ancrée

Depuis des siècles, les rites initiatiques sont des modes de transmission d’habitudes et d’idéologie entre les différents individus d’un groupe afin de permettre le passage des jeunes garçons et filles à l’âge adulte.

Pourquoi des rites initiatiques ?

Elles s’inscrivent dans l’éducation de l’enfant pour une évolution, souvent interne acquise après la traversée d’une expérience. L’initiation veut apporter des repères physiques et éthiques aux jeunes à travers des épreuves fortement significatives. Nous pourrions aller plus loin en soulignant que l’initiation d’un jeune est salutaire. Elle permet de modifier un comportement d’enfant. Tous les hommes qui en ont bénéficié une fois dans leur vie sont devenus plus matures.

Exemple de rites initiatiques en Afrique

Partout dans le monde, ces rituels ont eu lieu dans toutes les civilisations, mais les épreuves varient en fonction de la culture, ainsi que d’une classe sociale à l’autre. Par exemple, au Togo, chez les Kabyè, l’épreuve initiatique consiste en un tournoi entre les jeunes garçons pour déterminer les meilleurs. Il faut avouer que ce type d’évaluation date de l’époque où il fallait à l’homme beaucoup de force pour survivre dans la nature. Aujourd’hui, les conditions de vie étant plus faciles, les rites furent modifiés et allégés.

Rite initiatique : une tradition d’actualité

Dans nos sociétés actuelles, l’adolescent se construit grâce à une introspection interne quand il est éveillé, mais aussi grâce aux expériences en société, en famille, à l’école et dans la rue. Certaines épreuves sont à surmonter seul, d’autres en compagnie des siens et d’autres sous la surveillance des adultes.

Le rite initiatique est une épreuve morale et physique pleine de sens qui impose l’exposition mesurée à la douleur. Son but est de marquer un changement dans la vie de l’adolescent et de prouver son passage à l’état d’homme. En effet, quand on est jeune, on veut se sentir vivre, transgresser tous les codes, braver tout le monde et démontrer qu’on est grand. Les plus désobéissants, qui s’exposent au danger ne font que retarder leur évolution surtout morale. Le développement du corps et des muscles ne suffit pas pour être un homme. Cela dépend de qui l’on est.

De nos jours, ce qui est considéré à Paris comme rite initiatique est l’épreuve du permis de conduire, l’ouverture du premier compte bancaire, l’obtention du baccalauréat… qui permettent d’inculquer le sens des responsabilités aux jeunes. C’est bien en dessous du calibre des rituels passés, mais on note parfois une réticence des jeunes à grandir. Une illustration en est leur départ tardif du domicile familial.

Les premières menstruations chez les jeunes filles constituent aussi un changement important. Dans l’école de la vie, la première relation sexuelle est un portail symbolique et un passage obligatoire vers le monde des adultes.

Rite initiatique : plus qu’un rituel symbolique, une nécessité avérée

La place des rites n’est pas juste celle d’une pierre symbolique qui sert à marquer un changement. Arnold Van Gennep, un ethnologue — folkloriste réputé, démontra qu’ils canalisent les passages d’un statut à l’autre de chaque individu. En effet, dans l’école de la vie, au cours d’une phase de transition, la société et l’individu sont plus fragiles. Les rites préparent et accompagnent le changement. Elles peuvent modifier positivement le rapport de l’homme au groupe.

Par ailleurs, les études de Turner, un anthropologue, permettent d’affirmer que les rites assurent la cohésion sociale et évitent les conflits d’influence. Son travail et celui d’autres sociologues démontrèrent la capacité d’évolution des rites dans l’espace pour s’adapter aux exigences du temps.

Arnold Van Gennep a plutôt étudié la France. Tandis que Turner s’est concentré sur l’Afrique et notamment la Zambie et la Rhodésie. Ce qui est certain c’est que l’évolution du statut social d’un jeune garçon vers un rôle d’homme présente de grandes similitudes quelles que soient les cultures.

Proposer des rites initiatiques autour de Paris

Est-ce réaliste ? Oui tout à fait ! En tout cas à quelques kilomètres… Pour réussir des pratiques initiatiques, il faut l’accord des deux parents. Ensuite, il est important de réunir les jeunes hommes et leurs Pères dans un lieu proche de la nature. Voire idéalement en pleine nature. Cela permet de modifier l’environnement du jeune garçon. Plus le lieu est dépaysant meilleur sera le rituel d’initiation.

Comment le corps va-t-il se modifier ?

Pour un homme, ou un jeune garçon, le corps se modifie progressivement. Selon âge, le corps d’un adolescent d’une quinzaine d’années ressemble déjà au corps d’un homme.

Quelle initiation proposons-nous ?

Notre week-end s’appelle le passage. Il est adapté aux jeunes du XXIe siècle. Il s’agit d’une initiation pour les jeunes garçons d’un âge de 16 à 19 ans. L’ensemble du rituel initiatique s’effectue au cours d’un week-end nous somme un groupe d’une quinzaine de personnes environ. Les adolescents font le choix de venir avec leur père, un oncle, un homme qui leur a servi de modèle dans leur croissance. Les rituels sont inspirés des traditions anciennes, et ont été adapté à notre européenne du XXIe siècle.